Un nouveau citoyen est né : l’e-Estonien

Article tiré du journal Eesti Päevaleht, traduit par Courrier International.

Statut de résident numérique : e-résident
L’Estonie est le premier pays au monde à créer un statut de « e-résidents ».

L’e-résidence, qui sera lancée en Estonie à partir du mois de décembre, donne aux étrangers accès à toutes sortes d’e-services disponibles. Ce projet, mené par Taavi Kotkas, vice-chancelier chargé des technologies de l’information au ministère de l’Economie, a suscité l’intérêt d’un grand nombre de personnes.

A l’ouverture de la période de pré-enregistrement, 5 600 candidats ont été enregistrés en une journée. C’est aux Etats-Unis que le projet a fait naître le plus grand engouement – plus d’un tiers des personnes enregistrées sur le site Internet d’e-estonia.com ont déclaré y résider. Le pré-enregistrement qui a commencé sur le web ne constitue pas une candidature à l’e-résidence, mais seulement l’assurance d’obtenir des informations dès l’entrée en vigueur du projet.

“A partir du mois de décembre, tous les citoyens de l’Union européenne et des pays tiers, exceptés les résidents permanents en Estonie, pourront faire une demande d’e-résidence”, indique Margit Ratnik, directrice du bureau de l’identité et des statuts de l’Office de la police et des frontières. L’idée est d’offrir aux gens, partout dans le monde, un accès aux e-services disponibles en Estonie.

Monde virtuel

La carte d’e-résident sera un document similaire à la carte d’identité. Mais à la différence de cette dernière, que les citoyens estoniens et les résidents permanents de ce pays transportent dans leur poche, la photographie n’y figurera pas. Cette carte ne permettra donc pas de prouver son identité dans le monde réel. En revanche, elle pourra servir dans le monde virtuel – pour se connecter aux e-services estoniens et utiliser la signature numérique. Evidemment, la possibilité d’avoir une signature numérique ne permet pas aux étrangers de voter aux e-élections, droit réservé aux citoyens estoniens et résidents permanents. Certains services offerts en ligne mais physiquement reliés à l’Estonie, comme la possibilité d’acheter des médicaments avec une ordonnance numérique dans une pharmacie, ne seront pas forcément les plus attrayants.

Le choix des services auxquels les futurs e-résidents auront accès n’est pas encore fixé. “C’est le ministère de l’Economie et de la Communication et le chancelier d’Etat, en coopération avec les fournisseurs de services, qui décideront dans le détail de l’offre accessible aux e-résidents”, précise Mme Ratnik.

Sécurité garantie par l’Etat

L’e-résidence sera bénéfique avant tout aux entrepreneurs, travailleurs ou étudiants qui ont un lien avec l’Estonie. Aujourd’hui, les gens qui ne vivent pas en Estonie de façon permanente mais viennent souvent dans le pays, sont privés d’e-services. Cependant, cette identité numérique – dont la sécurité est garantie par l’Etat estonien – devrait aussi bénéficier à des personnes n’ayant aucun lien direct avec l’Estonie. D’où la ruée pour l’e-résidence. La procédure de pré-enregistrement à l’e-résidence a fait réagir aussi bien les médias d’information que les réseaux sociaux.

La chaîne publique américaine PBS [Public Broadcasting Service] a, par exemple, immédiatement annoncé que l’Estonie allait devenir le premier pays à proposer l’e-résidence. Au-delà de la surprise générale, le sujet qui a le plus fait vibrer les réseaux sociaux est qu’il faille, pour obtenir le statut d’e-résident, se rendre au moins une fois en Estonie afin de prouver son identité auprès d’une institution nationale.

 

Hans Löugas