Un quart des smartphones n’est jamais connecté au Net

Article tiré du journal Le Figaro.

Pick a Brain │ For your help!
2013 Deloitte TMT Predictions

De l’usage du smartphone à l’avenir de la télé connectée, Duncan Stewart, analyste chez Deloitte, tord le cou à un certain nombre de présupposés en vogue dans le petit monde de l’électronique grand public.

Deloitte a dévoilé ce mardi les résultats de son étude « Technology, Media and Telecommunications Predictions 2013 ».

Les smartphones ne sont pas smart

En France, 23% des possesseurs de smartphone ne l’ont jamais connecté à Internet. Ils ne l’utilisent que pour téléphoner. La France se situe dans la moyenne mondiale ; en Allemagne ou au Canada, cette proportion atteint 28%. Le Japon fait figure d’exception, avec 92% des possesseurs de smartphone qui l’utilisent effectivement comme un smartphone. La croissance du marché des smartphones cache donc une autre réalité, celle des usages, qui eux n’ont pas encore tout à fait évolué.

La 4G n’est pas attendue par les consommateurs

« Celle-là, c’est ma réponse préférée », plaisante Duncan Stewart, analyste chez Deloitte, à propos d’une réponse à la question : « Quand vous remplacerez votre téléphone, allez-vous choisir un appareil 4G ? » 11% des Français ne savent tout simplement pas ce qu’est la 4G. Et plus de la moitié n’ont pas d’avis sur le sujet. La 4G n’arrive qu’en dix-neuvième position des critères retenus, derrière notamment le prix de l’abonnement (40%), la marque (36%), la fiabilité (64%)… En plus « les réseaux seront très rapidement saturés », comme le souligne l’étude de Deloitte, en prenant l’exemple des États-Unis où il y a déjà un déficit de bande passante en 4G. La tendance sera donc à la gratuité des communications téléphoniques et à une tarification plus contraignante des transmissions de données via 3G ou 4G.

La télécommande vocale et gestuelle ne remplacera pas le bouton

Les télécommandes vocales et gestuelles sont plébiscitées par les fabricants qui les présentent comme la solution pour développer la télé connectée. Quoi de plus simple pour naviguer sur Internet ? Faux, selon Duncan Stewart. Avec une télécommande classique, le taux d’erreur pour 10.000 ordres passés est de 2 (y compris l’arrêt des piles). Avec la voix, ce taux passe à 1.000 et à 1.200 avec les commandes gestuelles. Autrement dit, cela apporte plus d’inconvénients que d’avantages. Il va donc falloir que les fabricants améliorent leur proposition avant que les consommateurs se décident à l’adopter que ce soit pour leur télé ou leur PC, leur tablette…

Télévision : l’Ultra HD, ce n’est pas la panacée

Au CES (salon de l’électronique de Las Vegas), l’Ultra HD (ou 4K, quatre fois la définition de la HD) a fait sensation. LG, Samsung ou encore Sony y ont présenté des écrans de 84 pouces (2 mètres de diagonale), avec une superbe qualité d’image. En deux phrases, Duncan Stewart tue le rêve. « Qui a un salon dans lequel entre une télé de 2 mètres ? D’ailleurs à deux mètres de distance, l’œil ne fait plus la différence entre un écran payé 24.000 euros et celui payé 1000 euros. » Ajoutant à cela que pour le moment, le contenu ne suit pas.

La tablette ne va pas tuer le PC

Cette fois, ce sont les journalistes qui étaient la cible de Duncan Stewart. « Ils ont tellement écrit que la tablette allait tuer le PC, se moque-t-il. C’est faux. En termes d’usage, c’est faux. » Alors oui, le marché des ordinateurs a souffert de l’arrivée des tablettes, mais tout n’est pas fini pour autant. Les jeunes restent fidèles à leur (grand) écran de PC pour jouer ou regarder des films. C’est surtout le PC portable qui a souffert de l’émergence des tablettes, même si ces dernières restent pénalisées par l’absence de clavier.

La Phablet va tuer le smartphone

C’est le dernier paradoxe de Duncan Stewart. Deloitte prédit une forte croissance du marché des smartphones dotés d’un écran de 5 pouces et plus, à mi-chemin entre la tablette et le smartphone et rebaptisés Phablet. « Le principal argument contre ce type de téléphones est que l’on a l’air ridicule lorsqu’on l’utilise pour téléphoner, à cause de sa taille justement. Or, les possesseurs de tels appareils ne s’en servent pas pour téléphoner, mais pour envoyer ou lire des mails, des SMS, prendre des photos… ». Ils n’ont donc pas l’air ridicule (CQFD) et ces appareils sont très pratiques. Ils ont donc beaucoup d’avenir.

 

Elsa Bembaron