Txtr Beagle, la liseuse allemande à 10 €

Article tiré du blog La Feuille, hébergé par Le Monde.

Pick a Brain │ For your help!
Txtr Beagle de la société Txtr

L’entreprise allemande Txtr vient d’annoncer à la Foire du livre de Francfort une liseuse de 5 pouces (format livre de poche) de 129 grammes, avec 4 Go de mémoire vendue à 10 euros (9,90 euros en langage marketing). Elle sera moins chère que le prix d’un livre papier voire même que bien des livres électroniques !

Bien sûr, cette liseuse d’entrée de gamme est dénuée de toute fonctionnalités : pas d’écran tactile, pas de rétro-éclairage, pas de Wifi ni de 3G… Elle est alimentée par des piles et ne proposerait qu’une connexion Bluetooth qui fonctionnera d’une manière un peu compliquée via une application Androïd, permettant de faire basculer les livres de l’application de sa tablette ou de son smartphone à la liseuse.

Comme le signale Digital Book World, le prix de vente du Txtr Beagle abaisse à nouveau d’un cran le prix d’accès des appareils de lecture électroniques (qui tournent autour de 130 euros pour les modèles perfectionnés, et autour de 60 euros pour les modèles d’entrée de gamme) et relance les spéculations sur l’arrivée prochaine de liseuses gratuites pour l’utilisateur (enfin, financées d’une autre manière, via un abonnement par exemple).

Ce qui arrive aux liseuses avec ce nouveau modèle risque bien également d’arriver prochainement aux tablettes. Jay Goldberg est analyste financier et se rend régulièrement en Chine. Dernièrement, racontait-il sur VentureBeat, un ami l’a conduit dans l’un des vastes centres commerciaux de Shenzhen pour se procurer une tablette. Là bas, il n’y a pas que l’iPad ou le Kindle Fire qui soient disponibles… Il y en a des dizaines ! Il en a finalement trouvé une… à 45 $ ! Ecran tactile capacitif de 7 pouces, tournant sous Androïd, avec un bon processeur… Une bonne tablette, en somme. Et si vous la commandez en masse sur une chaîne d’assemblage de Shenzhen, elle vous coûtera seulement 35 $…

« Il n’y a plus de possibilité de marge dans le business du matériel », estime avec lucidité Jay Goldberg (hormis peut-être pour ceux qui souhaitent faire des appareils de luxe, pour lesquelles il y aura toujours une part de marché). « Le matériel est mort ! »

Pour lui, ces nouveaux prix, s’apprêtent également à changer beaucoup les usages. En se répandant, les tablettes vont désormais pouvoir être utilisées par tous : les serveurs dans les restaurants, les infirmières dans les hôpitaux, les élèves de chaque collège… L’analyste estime que dans ces conditions, de plus en plus de détaillants vont se mettre à proposer des tablettes (à l’image de Tabeo de Toy’R Us). Jay Goldberg va plus loin. Contrairement à ce qu’on pourrait penser en ces temps de crise écologique : nous allons vers un monde de dispositifs à usage unique, de services embarqués dans des tablettes très peu chères. Les écrans vont continuer leur invasion…

De retour aux Etats-Unis, Jay Goldberg a découvert une tablette sans marque vendue dans un commerce de détail américain pour 75 $. « Le processus a déjà commencé », concluait-il.

 

Hubert Guillaud